Avec l’opération « L’asperge par-delà les frontières », lancée avec une quinzaine de restaurateurs de la région frontalière, la Confrérie de l’asperge de Village-Neuf mise sur la créativité des chefs locaux pour faire redécouvrir le « noble légume » aux consommateurs. « Du champ à l’assiette ! »

« L’asperge par-delà les frontières. » C’est le nom de l’opération imaginée par la Confrérie de l’asperge de Village-Neuf , pour lancer un nouveau partenariat avec une quinzaine de restaurateurs de la région frontalière. De quoi s’agit-il ? La confrérie a rassemblé une quinzaine de restaurateurs de la région frontalière. Un objectif : « Promouvoir ce noble légume qu’est l’asperge, cette tradition locale, du champ à l’assiette », explique Gilles Bisselbach, président de la confrérie.

Cette année, c’est un vrai renouveau, « avec l’arrivée de plusieurs jeunes restaurateurs », note Théo Baumlin, trésorier. D’ailleurs, « du restaurant gastronomique à la Winstub, nos chefs proposent ce légume printanier… » Il y en aura donc pour toutes les bourses. Et tous les palais.

Aux restaurateurs, « L’asperge par-delà les frontières » ne coûte rien. « Ils doivent juste s’engager à présenter la cuvée de l’asperge de la confrérie, un· assemblage entre un muscat et un pinot blanc de Kaysersberg », poursuit Gilles Bisselbach. Si, tout de même, complète le trésorier Théo Baumlin : « Ils doivent mettre leur créativité au service du noble légume. »

Créativité au service de l’asperge

Avec, certes, les classiques : ici une soupe, là l’asperge aux deux jambons, un risotto d’asperges … Mais, au-delà, il y a bien des accords superbes à trouver : avec des morilles, des ris de veau, mais aussi l’ail des ours. « Elle est aussi magnifique avec un filet de bar », indique Théo Baumlin. Certains en font même des desserts (lire ci-dessous), un bonheur pour les gourmands !

« Nous voulons renouer des liens anciens qui s’étaient estompés et ont encore plus été mis à mal par la pandémie», explique Gilles Bisselbach, président de la confrérie. Pour cette « superbe initiative », la confrérie bénéficie du soutien de l’Office de tourisme de Village-Neuf, précise Bernard Grossiord, son secrétaire général.

« L’asperge par-delà les frontières » ; « Spargel über die Grenzen ». Avec un objectif: « faire venir les Suisses et les Allemands. Une clientèle qui revient, qu’on arrive à nouveau à fidéliser. Mais ce sont surtout les Suisses qui sont friands d’asperge ! », sourient les membres de la confrérie.

Comme la vigne, l’asperge aurait été apportée dans notre région par les Romains, assure l’historien Paul-Bernard Munch. C’est « un légume de saison qu’il faut apprécier en saison», complète le président Gilles Bisselbach …

Et un légume difficile. « Il s’agit de la seule plante dont on ne peut pas dire ce qu’elle nous donnera.» Alors certes, les terres alluviales rhénanes, sablonneuses et légères, à VillageNeuf et dans les villages environnants, lui conviennent à merveille. Mais il faut aussi que la météo joue son rôle, jusqu’au bout. Il faut donc un printemps doux mais aussi de l’eau. Alors, bonne, la saison 2022 ? « On ne peut qu’espérer la meilleure possible … Et faire • le bilan quand elle sera finie, en juin!»

Des renforts pour le grand conseil

Pour mener sa tâche à bien, le grand conseil s’est renforcé, après le décès de Louis Blatz et des anciens qui ont pris du recul mais soutiennent toujours le travail commun. Il note l’arrivée de Pascal Brunstein, chef de cuisine de la Brasserie du Cinquième à l’EuroAirport, et Stéphane Reibel, de Rosenau, manager dans le transport logistique.

Cette année, c’est le lancement de « L’asperge par-delà les frontières». La confrérie attend le retour des restaurateurs. « Si l’opération est un succès, on pourra voir plus grand en 2023 … Et toutes les bonnes idées sont les bienvenues ! » En attendant, la confrérie, qui compte en son sein des célébrités comme le prince de Monaco ou Delphine Wespiser, peaufine déjà d’autres projets. 2023 devra ainsi voir le retour de l’intronisation des futurs parlementaires alsaciens, haut-rhinois comme bas-rhinois, directement à Paris, au Sénat !

L‘article complet de Jean-Christop MEYER est disponible sur le site du journal l’Alsace (payant)

Les restaurants qui participent:

Auberge Saint-Laurent et Winstub à côté (Sierentz), Le Gaulois (Bartenheim), Le Colombier (Bartenheim), Autour de la Table (Huningue), La Diligence (Saint-Louis), Au Lion d’Or (Rosenau), Brasserie du Cinquième (EuroAirport), Le Clos des Sens (Schlierbach), Le Schaeferhof (Kembs), Au Cheval blanc (Village-Neuf), Au Tilleul (Saint-Louis), Hôtel et brasserie Jenny (Hagenthal-le-Bas).

Catégories : Confrérie